(26) Samedi 20 Juin 1981: Premières fêtes du jumelage à Lutzerath

Le 20 Juin 1981, les choses étaient déjà bien avançées: le jumelage officiel entre nos deux communes devait être scellé. Cette fois ci, ce furent deux bus avec environ 120 personnes de Givry et des environs qui arrivèrent à cette fête. Ce ne fut d'ailleurs pas une mince affaire de trouver des hébergements pour tout ce monde dans les familles. Entre temps le cercle des connaissances s'était tellement agrandi que cela ne présentait pas de trop grands problèmes. Il y avait également deux équipes de foot de Givry si bien que l'après midi fut rempli avec deux matchs. A 17 heures 30, le jumelage entre Lutzerath et Givry en Argonne fut conclu en présence des deux maires et de leur conseil municipal respectif, le tout dans une atmosphère solennelle à la salle municipale. Le nouveau maire de Givry était dés lors François Lefort. De nombreux habitants de Lutzerath le connaissaient déjà bien. Tout comme feu le Maire Labare, il sut s'investir beaucoup pour la continuation de nos relations amicales. Après lecture des documents de jumelage, les deux maires purent les signer. Du côté français, le Conseiller Général du Département de la Marne était également présent, Monsieur André Boivin. En France, le Conseiller Général est une personne élue par la population locale et qui jouer le rôle d'intermédiaire entre la population et le Président du Département. Les problèmes des citoyens peuvent être transmis directement au Président par le biais du Conseiller Général. Il a une fonction importante en France. Ce Monsieur Boivin était le même homme que celui qui était venu me chercher en 1945 au camp de prisonniers de La Chalade en tant que maire de Dampierre à cette époque. Une vraie amitié nous liait depuis déjà plusieurs années et c'était pour lui un honneur tout particulier et une grande joie de participer à ce jumelage. Le soir, la fête se poursuivit dans le grand chapiteau, en présence de nombreux habitants et associations. On fit de nombreux discours festifs, on chanta et but beaucoup également. Pour moi, tout cela fut une journée particulièrement belle et dont j'étais très fier. Tous mes efforts portés sur plusieurs années pour transformer l'hostilité en amitié étaient couronnés de succès et reconnus. C'est en particulier aux jeunes que je voulais permettre de faire connaissance avec d'autres peuples afin qu'ils soient capables de mieux juger des autres car c'est seulement lorsque l'on se connaît que l'on apprend à s'estimer et à se respecter. Un long chemin avait déjà été parcouru entre les premiers contacts avec les habitants de Givry et le jumelage officiel. Ce serait bien trop long de raconter toutes les petites visites et les rencontres qui avaient été nécessaires pour organiser tout cela. Il en résulta aussi de réelles amitiés et des échanges de lettres entre les élèves de nos deux villages. C'était donc un jumelage qui était parti du bas puis s'était concrétisé. De nombreuses démarches avaient été nécessaires pour y parvenir mais je crois qu'il a, par là même, acquis un fondement plus sûr que certain jumelage entre villes, décrété de plus haut et dont une large part de la population est exclue.




Contenu




Autor: Rudolf Schenk · Deutsche Überarbeitung: Elisabeth Spenke · Französische Überarbeitung: Edith Viriot
Powered by New Hosting Internetservice